La pandémie de coronavirus a entraîné une instabilité conjoncturelle et structurelle dont les effets sur l'économie mondiale se feront sentir pendant encore plusieurs années. Malgré cela, à la fin 2020, le surplus de rendement de la dette des entreprises Investment Grade (IG) [1] par rapport à la courbe souveraine dite « sans risque » restait inchangé au niveau d'avant crise. Cela relève d'un paradoxe puisque la crise économique actuelle a fondamentalement modifié les résultats et le bilan des entreprises ; beaucoup d'entre elles ayant dû faire face à une situation inédite.

Retour sur l'année 2020

Au cœur de la pandémie, les spreads sur la dette d'entreprises se sont envolés en moyenne à plus de trois fois leur niveau normal. Fin décembre 2020, ces écarts étaient revenus à des niveaux inférieurs à ceux observés en début d'année (à l'exception des valeurs immobilières). Ainsi, la liquidité massive apportée par les banques centrales a permis à certaines entreprises de se refinancer sur le court et moyen terme à des taux historiquement bas. Actuellement, plus de 25% des émissions d'entreprises Investment Grade libellées en euro ont un rendement négatif.

Sur l'année 2020, la performance de la dette d'entreprises IG libellée en euro a été de plus de 1,3% pour les échéances de 3 à 5 ans et de près de 2,5% pour cette même dette sur une échéance moyenne de 8 ans.

Pourtant, derrière ces chiffres positifs, une autre réalité se dessine : la dispersion des écarts de rendements au sein de l'univers de la dette d'entreprises IG a atteint des niveaux extrêmes. Pour évaluer le taux d'intérêt d'un émetteur, une forte discrimination est faite en fonction de la qualité ainsi que du secteur concerné.

Lire la suite sur le site BLI - Banque de Luxembourg Investments