QUELS SONT LES FAITS MARQUANTS DU 1ER TRIMESTRE 2021 ? QUELLE STRATEGIE D'INVESTISSEMENT ADOPTER DANS CE CONTEXTE ?

QUE PENSER DE LA QUALITE DES RESULTATS DU 4EME TRIMESTE 2020 AUX ETATS-UNIS ?

La saison des résultats s'achève aux Etats-Unis sur une note bien meilleure qu'attendu. Au quatrième trimestre 2020, une vaste majorité des sociétés de l'indice S&P 500 a dépassé les estimations des analystes. En moyenne sur cette période, les bénéfices par action ont progressé de 5,2 % sur un an, alors qu'ils étaient attendus en chute de 8,4 % avant le démarrage des publications, selon le consensus FactSet. Et 58 % des entreprises ont même publié des bénéfices par action supérieurs à ceux du quatrième trimestre 2019. A titre d'exemple, Accenture, le géant américain des services informatiques vient d'annoncer des résultats en forte hausse et un carnet de commande record de 16 milliards de dollars, en hausse de +13% par rapport au carnet de commande du 1er trimestre 2020 ! Accenture estime que la demande de ses clients est déjà revenue au niveau de 2019 avant la crise sanitaire, et a relevé sa prévision de croissance pour 2021. De même, lors de nos échanges la semaine dernière avec les dirigeants des principaux fabricants européens de semi-conducteurs STMICROELECTRONICS et INFINEON, ceux-ci ont fait état d'un optimisme retrouvé pour l'année 2021. L'activité de ces groupes est portée par le dynamisme de l'ensemble des marchés finaux qu'ils servent : industrie, automobile, 5G, équipement médical, énergie renouvelable. Infineon a d'ailleurs relevé début février son estimation de chiffre d'affaires pour 2021 avec un objectif de 10,8 milliards, contre une cible de 10,5 milliards auparavant. Ceci est à comparer avec le chiffre d'affaires du groupe en 2020 de 8,6 milliards d'euros.

UN CHANGEMENT DE POLITIQUE INTERNATIONALE EN COURS AVEC LA NOUVELLE ADMINISTRATION BIDEN ?

Si la tension est montée ces derniers jours entre l'administration Biden et les gouvernements russes et chinois, a contrario, les relations entre Etats-Unis et les démocraties de l'Union Européenne semblent s'améliorer nettement. Le nouveau président américain souhaite recréer les liens avec l'Europe et il le montre. Il n'a fallu que quelques mois pour mettre fin à un conflit vieux de quinze ans ! A l'issue d'un entretien téléphonique avec Joe Biden, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré, selon un communiqué : « En guise de symbole de ce nouveau départ, le président Biden et moi sommes convenus de suspendre tous nos droits de douane imposés dans le cadre des litiges Airbus et Boeing, tant en ce qui concerne les aéronefs que les produits non aéronautiques, pour une période initiale de quatre mois. [.] C'est une excellente nouvelle pour les entreprises et les industries des deux côtés de l'Atlantique et un signal très positif pour notre coopération économique dans les années à venir. » Sont donc suspendues, temporairement, les surtaxes imposées depuis octobre 2019 par Washington sur 7,5 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) d'exportations européennes vers les Etats-Unis, notamment des produits alimentaires (dont les vins hors champagne et le cognac), et sur 4,5 milliards de dollars de produits américains à destination de l'Union Européenne. Cette pause doit donc permettre aux négociateurs des deux puissances de trouver une solution à ce différend commercial.

VERS UN MONDE PLUS OUVERT FIN 2021 ? QUELLE STRATEGIE D'INVESTISSEMENT ADOPTER DANS CE CONTEXTE ?

Un contexte économique porteur

Malgré l'épidémie malheureusement toujours présente, les investisseurs se projettent à moyen terme en espérant que les perspectives de l'économie mondiale au second semestre 2021 et surtout en 2022 seront bien meilleures. Ils sont d'autant plus confiants que les banques centrales ont soutenu immédiatement l'économie, et sont prêtes à remettre des centaines de milliards dans le système financier si besoin.

Le sujet du retour de l'inflation

La question du retour de l'inflation est devenue un point d'attention, car déterminant des tensions obligataires et des futures politiques monétaires. Pour l'OCDE, l'inflation sous-jacente remontera mais restera modérée en raison de l'excès de capacités observé actuellement dans le monde. Il faut aussi souligner que les facteurs structurels de désinflation tels que la digitalisation de l'économie et le vieillissement de la population dans les pays développés restent en place. Aux Etats-Unis, il ne faut pas surestimer la récente baisse du chômage et le risque de dérapage des prix qu'elle pourrait entraîner. Selon Patrick Artus, chef économiste de Natixis, « Elle s'est accompagnée d'un repli de 4 points du taux de participation [des chômeurs abandonnent leur recherche de travail et sont retirés des statistiques] ». « Lors de chaque reprise l'inflation anticipée est surestimée et les taux surréagissent ». Dans ce contexte, ces dernières semaines, ont eu lieu les très attendues réunions des banques centrales américaines et européennes. Des deux côtés de l'Atlantique, les banquiers centraux ont tenu des discours modérés et maintiennent des politiques monétaires accommodantes pour soutenir le rebond des économies européennes et américaines. Le président de la Réserve fédérale a affirmé qu'elle maintiendrait ses taux dans une fourchette de 0% à 0,25% tant que le plein emploi durable ne serait pas atteint et jusqu'à ce que l'inflation atteigne un niveau soutenu de 2%. Côté européen, la BCE a même décidé d'amplifier ses achats d'actifs financiers de 80 milliards d'euros à 100 milliards d'euros par mois pour freiner la hausse des taux d'intérêt à long terme de la zone euro.

Continuer à acheter les creux de marché

Les publications ont donc globalement été rassurantes. Les investisseurs n'ont donc pas chaussé des lunettes roses, pas plus qu'on ne peut évoquer une bulle généralisée sur les marchés. Eventuellement, quelques petites bullettes ici ou là sur quelques titres isolés. D'une part, la plupart des valeurs de croissance et notamment les medtechs et sociétés technologiques, ont dévoilé des résultats annuels souvent impressionnants. Ces gagnants de la crise sont peut-être aussi les gagnants du monde de demain... D'autre part, certaines entreprises cycliques profitent de la reprise de l'activité industrielle et les banques affichent des résultats souvent meilleurs qu'attendus. Cela confirme notre vue, sur la première partie de l'année, d'une stratégie plus équilibrée entre sociétés de croissance portées à moyen terme par les grandes tendances sociétales, et entreprises industrielles cycliques qui bénéficient à court terme de la reprise en cours. En conclusion, nous continuons à conseiller depuis l'annonce du vaccin de Pfizer/Biontech avec un taux d'efficacité élevé début novembre 2020, d'acheter les creux de marché. A ce stade, dans la mesure où les taux longs se normalisent progressivement sur les niveaux pre-covid, il reste sans doute de la marge pour aller plus haut dans un contexte où les marchés et les entreprises sont aidés par les plans de soutien des gouvernements et la politique monétaire accommodante des banques centrales.

Achevé de rédiger le 22 mars 2021

Avertissement
Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Les données chiffrées, commentaires ou analyses figurant dans ce document reflètent le sentiment à ce jour de Crédit Mutuel Asset Management sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Crédit Mutuel Asset Management. Les informations faisant référence à des instruments financiers contenues dans ce document ne constituent en aucune façon un conseil en investissement et leur consultation est effectuée sous votre entière responsabilité. Toute reproduction est formellement interdite sauf autorisation expresse de Crédit Mutuel Asset Management.