ENTRETIEN avec Salim Khalifa, gérant de CM-AM Institutional Short Term et CM-AM Short Term Bonds au Crédit Mutuel Asset Management.

Photo salim khalifa
Salim Khalifa, gérant
Crédit Mutuel Asset Management

Depuis la crise du printemps 2020, la BCE a injecté, via le PEPP et le TLTRO III, des sommes considérables de liquidités dans le marché. A court terme, cela a permis de régler un problème en relançant les transactions sur un marché monétaire qui était grippé. En revanche, à moyen terme, cela a provoqué une baisse importante des rendements des placements monétaires et une raréfaction des émissions courtes pour les investisseurs. Les émetteurs préférant sécuriser leurs besoins de financements sur des maturités plus longues, délaissant ainsi quelque peu le segment monétaire.

Une partie du produit de ces refinancements a permis - probablement de manière temporaire - au secteur privé d'augmenter sa trésorerie, et d'en investir une partie sur les fonds de placement. Les encours des fonds monétaires français ont progressé d'environ 100Mds€ sur 2020, en parallèle d'une chute importante du montant des émissions. Les conséquences sont alors évidentes : pour les fonds, des rendements souvent inférieurs au taux de dépôt de la BCE (-0,50%) et de manière concomitante, des niveaux dissuasifs pour les dépôts à terme bancaires.

Dans ce contexte, les fonds obligataires courts sont plus que jamais un complément aux investissements de trésorerie usuels que sont les fonds monétaires.
Actuellement, l'écart de rendement entre ces deux catégories est relativement important. A titre d'exemple, nos fonds obligataires court terme affichent des performances annualisées allant de -0,20% à +0,15% depuis le début de l'année, tandis que les fonds monétaires réalisent des performances autour de -0,50%.

Le surcroit de rendement des fonds obligataires courts relativement aux fonds monétaires, se fait principalement au travers de deux moteurs de performance.
D'abord, l'allongement des maturités moyennes des investissements. Cette méthode permet d'exploiter la prime offerte par les pentes de crédit généralement positives. CM-AM Institutional Short Term va par exemple investir sur des maturités 2-3 ans non éligibles aux fonds monétaires. Le fonds affiche une performance de +0,00% depuis le début de l'année. La très forte progression de son actif (650mios€, +70% en 1an) confirme cette tendance de recherche de rendement de la part des investisseurs.
Ensuite, un moyen moins traditionnel pour les produits courts, est la création d'une poche High Yield de maturité moyenne très faible. C'est le cas de CM-AM Short Term Bonds, dont l'objectif est de résister aux taux négatifs. Plutôt que d'aller chercher de meilleures performances par l'unique allongement des maturités, ce fonds va également capter la prime relativement large des billets de trésorerie High Yield. En effet, pour avoir accès au marché monétaire, ces émetteurs doivent généralement payer une prime supérieure au risque intrinsèque embarqué par leur signature.

Les projections militent pour une stabilité des performances des fonds monétaires entre -0,50 et -0,60% d'ici la fin d'année. Avec un écart de rendement estimé à 0.40% en faveur des fonds obligataires très courts, ces derniers deviennent un complément crédible pour tous les investisseurs pouvant à la fois allonger la durée de leurs placements (>6mois) et tolérer une volatilité sensiblement plus élevée des performances.

Achevé de rédiger le 31/05/2021

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

CM-AM Institutional Short Term et CM-AM Short Term Bonds sont exposés aux risques suivants : risque de perte en capital, risque de taux, risque de crédit, risque de marché actions, risque lié aux investissement dans des titres spéculatifs (haut rendement), risque lié à l'investissement en actions de petite capitalisation, risque d'investissement sur les marchés émergents, risque de change, risque lié aux obligations convertibles, risque lié à l'impact des techniques telles que les produits dérivés, risque juridique, risque opérationnel, risque de contrepartie.
Document à destination des professionnels. Les informations contenues dans ce document ne constituent en aucune façon un conseil en investissement et leur consultation est effectuée sous votre entière responsabilité. Investir dans un fonds peut présenter des risques, l'investisseur peut ne pas récupérer les sommes investies. Ces fonds sont gérés par Salim Khalifa, gérant de CM-AM Institutional Short Term et CM-AM Short Term Bonds au Crédit Mutuel Asset Management, société de gestion agréée en France par l'AMF sous le numéro GP 97-138, Société anonyme au capital de 3 871 680 euros. Siège social et bureaux Paris : 4 rue Gaillon 75002 Paris, Bureaux Strasbourg : 4 rue Frédéric-Guillaume Raiffeisen 67000 Strasbourg, RCS Paris 388 555 021 - Code APE 6630Z, TVA Intracommunautaire : FR 70 388 555 021.Crédit Mutuel Asset Management est une entité de Crédit Mutuel Alliance Fédérale. Le fonds ne peut être ni vendu, ni conseillé à l'achat, ni transféré, par quelque moyen que ce soit, aux Etats-Unis d'Amérique (y compris ses territoires et possessions), ni bénéficier directement ou indirectement à toutes « US Person », y compris toutes personnes, physiques ou morales, résidantes ou établies aux Etats-Unis.